"L'Amour n'est pas aimé"

Publié le par Capudx78

Cette phrase de Saint Jean m'avais profondément marqué il y a plusieurs années lorsqu'adolescente je m'étais avec l'école rendue à une conférence donnée par Jean et Luce Alingrin.

Je me souviens encore comme si c'était hier de l'explication que nous n'avions pas manqué de réclamer.

L'Amour et son fruit, le Christ et l'enfant que l'on refuse pour sa différence, par égoïsme, par peur...

Je me souviens de l'histoire de cette petite fille trisomique qui à la naissance refusait de s'alimenter parce que ses parents souhaitaient l'abandonner et qui une fois auprès de ses parents adoptifs a eu de nouveau l'envie de vivre.

Depuis de nombreuses années, Jean et Luce Alingrin se battent pour l'adoption des enfants handicapés et nous rappellent combien ses enfants ont souvent plus de facilité à aimer que nous mêmes qui sommes pourtant en parfaite santé.

Mon mari et moi même sommes les heureux parents de bientôt 3 garçons en parfaite santé, et pour lesquels nous avons toujours refusé de faire les prises de sang ou les mesures de nuque...

Pourquoi faire ? Est-ce que ces examens changeront quelque chose à l'amour que nous lui porterons si il s'avérait qu'il y ait un risque de trisomie ?

Sur un blog que j'aime beaucoup, j'ai découvert le portrait de deux magnifiques petites filles, souriantes, heureuses, rayonnantes... Et bien leur regard transfigurait l'Amour avec un grand A... Comme si elles vivaient chaque jour au coeur même de l'Amour du Bon Dieu. J'en ait été profondément marquée.

Aujourd'hui, on nous parle de dépistage prénatal pour la mucoviscidose... Et bien si cela c'était fait il y a trente ans, l'une de mes compositrices préférées n'auraient peut être jamais vu le jour.

Les scientifiques ont précisé lors de cette annonce que les dépistages prénataux étaient là pour que les parents puissent bien et mieux aimer leurs enfants... Est-ce mieux aimer ses enfants que de pouvoir les choisir ? Personnellement, j'en doute. A mon sens, tout enfant, quel qu'il soit, est le fruit de l'Amour, est un cadeau du Ciel.

Ce petit post n'est absolument pas une leçon de morale, encore moins un jugement, c'est juste le fruit d'un véritable coup de coeur pour l'Amour et parce que je souhaite sincèrement pouvoir un jour constater qu'enfin l'Amour est aimé.

Publié dans Famille

Commenter cet article

Madame Pouët 20/11/2009 11:58

je comprends ce que tu veux dire et je suis d'accord avec toi : je suis la maman d'un petit garçon que j'aime plus que tout, polyhandicapé, atteint d'une maladie génétique très grave et probablement héréditaire. Mais l'amour ne fait pas tout, c'est dur moralement : savoir qu'il ne sera jamais autonome, et physiquement, je me lève 10 fois par nuit, je dois le porter constamment, les repas sont une vraie épreuve. Je le fais cependant avec beaucoup de joie. mais je ne me sens pas de m'occuper d'un deuxième enfant si lourdement handicapé : or, vu mes convictions religieuses, soit je prend le risque d'un deuxième enfant malade, soit je fais le choix de ne pas en avoir d'autres. Crois moi, ce n'est pas un choix facile, malgré l'amour sans condition que je porte à mon fils !

Kateline 20/11/2009 08:24

Très joli ce billet, je n'ai pas d'enfants mais si cela avait pu se faire, même s'il avait eu un souci je l'aurai aimé autant qu'un autre.

Solenne 19/11/2009 22:04

Pour ma première grossesse j'ai refusé de faire la prise de sang. Ma gynéco m'a regardée avec des yeux effarés, je crois qu'elle n'a pas compris...

ambael 19/11/2009 20:49

hello!!ton message est touchant... je serais moins catégorique que toi.... Moi j'ai fait les dépistages pour 2 grossesses sur toi... plutôt juste car proposé... J'avoue que comme ça, je serais plutôt à dire que ça aurait rien changé pour moi mais.... je dis surtout qu'on ne sait jamais...Je pense que les parents confrontés à ça... le savoir, s'y préparer... ça peut aider... En tout cas, j'en profite pour leur tirer mon chapeau...

petitemam 19/11/2009 19:14

Ton billet est émouvant. ceci dit, j'ai toujours fait les tests quand j'était enceinte, et je dois dire que j'aurais dû réfléchir à ma réaction si on m'avait dit que mon enfant présentait un risque de trisomie. Je connais une amie qui a une petite fille atteinte de la mucoviscidose, c'est dur, très dur et elle lui donne tout son amour, mais parfois elle baisse les bras. Alors voilà, les diagnostics prénataux est-ce bien, est-ce mal, pas forcément facile de le dire !